Mi homepage

la "belette engraissée", (article)

 

Une "belette engraissée", c'est comme cela que Meursault/Camus voit l'envoyé spécial dun journal  à sensation venu de Paris pour assister au procès du parricide qui sera jugé en même temps que Meursault.
Selon l'accusation, Meursault est pire que ce parricide....

 Le Parinfo

Lundi 28 août 1936

 

 Un dangereux criminel exécuté

Aujourd’hui enfin, le parricide et assassin d’un Arabe, Patrice Meursault, de trente ans,  a été exécuté publiquement sur la place El-Mahleh, d’Alger.

 

     Le 8 mars 1929, Meursault avait laissé sa mère à l’asile de Marengo pour ensuite, le 8 juin, l’envoyer à la mort sans regret, ni aucun sentiment de culpabilité. Il avait, deux semaines plus tard, tué de sang froid un Arabe qui se promenait sur la plage. Hier, après onze mois d’emprisonnement, il a été exécuté à dix heures du matin, devant l’église de la place  El-Mahleh.

     Ce psychopathe était allé à l’enterrement de sa mère, dont il ne savait pas l’âge, pour dissimuler son crime.

     Durant toute la journée de  l’enterrement, ce criminel n’ avait pas voulu revoir sa mère qui lui avait donné tout son amour et qu’il avait tuée sans regret. Il n’avait pas non plus versé de larmes. Pendant la veillée, il avait fumé, dormi et donc n’avait même pas eu le respect d’essayer de se faire pardonner, au lieu de rester en deuil. Le jour suivant, ce monstre avait des relations sentimentales avec Marie Cardona, une jeune algéroise. Puis, encore assoiffé de sang et dans une de ses crises psychologiques, il avait tué un jeune Arabe, nommé Mohamed Salim, qui se promenait sur la plage. Meursault, pour être sûr d’avoir accompli sa tâche, lui tira quatre balles de son pistolet Falcon qu’il gardait dans sa poche pour cet événement. Meursault, après une longue poursuite, avait heureusement été emprisonné le jour même.

     Pendant onze mois, l’aumônier et certaines personnes  qui s’occupent des prisonniers ont essayé en vain de le faire se sentir coupable ou de le faire confesser. Cet homme si dangereux qui, la veille de son exécution, a même essayé d’étrangler le prêtre qui était venu comme conseiller, a enfin été jugé hier et condamné à mort.

     Patrice Meursault a été exécuté à dix heures du matin devant l’église de la place El-Mahleh. Lorsqu’il est sorti de la voiture de police, il a commencé à rire de manière inhumaine, puis a crié de toute ses forces un mot plein d’espoir : « Maman ».

 

 

              Brutusien Nérion (Axel Galpy, 2d3)