Mi homepage

REGARDS SUR L'ÉTRANGER

REGARDS SUR L’ ÉTRANGER

  

   L’Étranger... Immobile, sérieux  et triste? Peut être... Son regard qui noircissait avec le temps, au fur et à mesure que le temps passait. Son regard, perdu dans le vide, observant l’inconnu. Son regard, visant le nouveau pays avec curiosité, mais aussi avec chagrin. Avec regret. Son regard, se noyant dans la frayeur de ce nouveau monde pour lui.

  Était-il heureux ici? Pourquoi était-il là? Il nous comprenait un peu, beaucoup, pas du tout? Les idées se précipitaient dans nos têtes quand on le voyais rêver au fond de la classe. Tout seul, comme d’habitude. Personne n’a jamais parlé avec lui, mais tout le monde a aperçu ses regards, qu’il déviait dès que nous nous en  apercevions. Personne ne le connaît mais tout le monde sent cette inévitable curiosité pour lui parler. Personne ne lui demande son avis, mais on veut tous entendre sa voix.

  Seul, toujours seul... Timidité? Peur? Incompréhension? Ou bien, solitude? Que sentait notre étranger? Il est difficile de répondre à ces questions. L’étranger qui se perd dans ses pensées, dans son monde imaginaire, dans ces rêves de son pays d’origine... Cette attraction qu’on sentait envers lui semblait réciproque mais aucun des deux côtés ne faisait le premier pas. Mais ce pas était inévitable. Il s’infiltrait, pourtant, parmi nous et se noyait dans son monde, profond et surréaliste. Comme le nôtre, peut être...
 

Sophie Baleriola, 2d 6, Barcelone, 2007
***************************************************